On entend assez souvent que le poker est un sport et non pas un jeu de hasard. Et s’il était vrai, pourquoi les sportifs ne se passionneraient-ils pas de ce jeu? Eh bien, Raymond Domenech est l’un de ceux qui vouent une passion assumée pour le poker. De plus, l’amour pour le poker est si grand, que l’entraîneur des Bleus a déjà annoncé sa participation aux WSOP 2009. Et non pas à un événement quelconque, mais à l’Evénement Principal!

L’annonce a été faite dans une interview accordée récemment au quotidien italien « La Gazzetta dello Sport »: « Pourquoi pas finir en table finale avec un champion du monde? Mon travail m’a donné la capacité d’analyser mon adversaire. Je suis joueur et peu importe mon adversaire. A Las Vegas, je serai à 100% », a-t-il confié.

On ne sait pas si le sélectionneur français puisse arriver à la table finale (il a peu de chances, avec les requins qui guettent le trophée). Mais sa participation reste un événement, d’autant plus qu’il sera accompagné par sa future épouse, elle-même joueuse enthousiaste de poker. Estelle Denis, qui aurait répondu « Oui » à la demande en mariage de Domenech, sera en juillet à Las Vegas, à côté de son fiancé.

En s’attaquant directement au sommet des tournois de poker, Domenech mise sur une bonne psychologie de jeu: « Comme au football, ça se joue sur un regard, une sensation! ». La bonne connaissance de l’adversaire est la stratégie principale que le coach veut suivre.

Selon ses aveux, le goût pour le poker lui a été éveillé en 2006, avant la Coupe du Monde. Il a joué les premiers jeux poker entre amis et ces « matchs » sont vraiment amicaux pour l’ancien défenseur. Cela veut dire qu’une perte face aux amis ne le dérange pas, d’autant plus qu’il a l’habitude de mettre en jeu des dîners, non pas d’argent. Par contre, dans un tournoi, l’important, c’est de gagner…Tout comme au football.

A Las Vegas, le sélectionneur aura l’occasion de revoir et, peut-être, combattre, l’ancien footballeur international Vikash Dhorasso. « Il joue de manière posée, comme quand il était joueur », apprécie le maître son ex-élève. Après la Coupe du Monde de 2006, où il avait été sélectionné par Domenech, Dhorasso a critiqué celui-ci, se montrant déçu des faibles performances de la France.

Soumettre un commentaire