20
mar

Chaque joueur de poker aime bluffer. Il n’y a vraiment rien de plus excitant que de faire renoncer votre adversaire à une main qu’ils auraient gagnée si ce n’était votre bluff parfait. Malheureusement, le bluff est une stratégie utilisée souvent en excès et dont les débutants font abus. Cela coûte assez d’argent. Pour que votre bluff ne se transforme pas dans un désastre, vous devriez tendre l’oreille à quelques trucs.

Le bluff vous permet de décrocher quelques pots que vous n’auriez pas normalement décrochés, tout en ajoutant un facteur « d’imprévisibilité » à votre jeu. Par conséquent, quand vos adversaires ne sauraient pas dire si vous avez une main forte ou faible, cela ne pourra être que dans votre faveur. Moins vos adversaires vous connaissent, mieux est pour vous.

Avoir la capacité de trouver la meilleure occasion de bluffer vient de l’expérience à la table et non pas d’un décalogue qu’on doit lire et apprendre par coeur. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas suivre quelques règles minimales. Pour réussir un bluff, votre jeu doit respecter deux critères:

Le premier: votre dernier mouvement dans la main en cause doit avoir été très fort. Par contre, la dernière action de votre adversaire doit avoir été faible. Si ces deux conditions ne sont pas remplies, votre bluff échouera. Si, à la différence de votre jeu, votre adversaire a eu un jeu faible, il est tout à fait sensé de penser que votre main est susceptible de gagner le pot.

En revanche, il est presque suicidaire d’essayer de bluffer quand c’est votre adversaire qui a joué fort, et pas vous. Tout simplement, ce sera contraire à la marche du jeu. Plus votre bluff est vraisemblable, plus vous avez des chances de succès. En plus de cela, agir après votre adversaire augmente la chance de succès de votre bluff, puisque vous aurez la possibilité de « calculer » si votre bluff vient au moment opportun.

Combien de fois faut-il bluffer?

En tout cas, pas aussi souvent que vous pourriez penser. Le bluff est une magnifique arme, mais seulement quand il est utilisé au moment opportun et dans la situation convenante. Si vous l’utilisez trop souvent, vos bluffs vont perdre la crédibilité et vous finirez par être prise au piège et perdre des jetons.

Alors, quand faut-il bluffer?

Vous devriez bluffer quand vous êtes certain que votre adversaire va abandonner. C’est une réponse un peu vague, en effet, mais il est vraiment la plus simple et la plus efficace. Mais il y a encore quelques autres trucs pour faire un bon bluff:

Il est préférable de bluffer aux petits pots que l’on est aux pots plus grands.

 Bluffer aux petits pots est beaucoup moins risqué, et, par conséquent, les résultats ne sont pas très néfastes quand les choses ne marchent pas. Si vous êtes débutant, ce conseil vous aidera beaucoup, car il vous permet de vous familiariser avec le bluff, sans trop risquer votre argent.

Bluffer au flop peut être très efficace.

Dans deux cas de trois, votre adversaire va manquer le flop. En outre, même si le flop ne leur est pas défavorable, il y a des chances qu’ils quittent, s’ils rencontrent trop de résistance. Il est beaucoup plus facile de renoncer et économiser l’argent que de risquer avec une main médiocre. Donc, si avant le flop vous étiez celui qui relançait, un nouveau pari peut être très efficace.

Evitez de bluffer pendant la rivière.

Cela ne veut pas dire que le bluff sur la rivière est toujours mauvais, mais la plupart du temps un tel bluff est une manoeuvre mal exécutée. Les joueurs bluffent sur la rivière dans un dernier essai désespéré de gagner la main, quelle que soit la façon dont ils ont joué jusqu’alors. Cela rend  le bluff tout à fait hors de propos et il est très facile à deviner si vous êtes un joueur sans expérience. Donc, comme règle générale, évitez le bluff sur la rivière, sauf si vous êtes certain de ce que vous faites.

One Response to “Quelques trucs pour réussir un bluff”

  1. Canada 411 dit:

    Est ce que ces plus facile de bluffer sur table ou sur l’internet?

Soumettre un commentaire