Archive for the ‘ Stratégie poker ’ Category

25
jan

Au poker, la main AK, connue aussi sous le « surnom » Anna Kurnikova, est l’une des mains les plus surestimées de l’histoire du texas hold’em. Le syntagme qui explique pourquoi on nomme cette main « Anna Kurnikova » ne se résume pas à la coïncidence des initiales. En fait, nous disent les connaisseurs – du poker et du tennis – AK, « c’est beau mais ça ne gagne jamais ».

Lorsqu’on participe à un jeu en cash ou à un tournoi et qu’on ait l’AK, on a un peu la chair de poule. Des recherches approfondies ont montré que la plupart des joueurs s’auto-excluent du tournoi à cause d’avoir surestimé cette main et surtout l’AK de la même couleur. Avant d’approfondir l’analyse de cette main, on vous rappelle qu’entre les victoires avec des cartes de la même couleur et les autres, il y a une différence de seulement 1%!

Et alors, si la plupart des joueurs perdent plus souvent qu’ils gagnent avec AK, que va mal à la table de jeu? Tout d’abord, nous allons examiner le potentiel de l’AK et on verra ensuite comment jouer et comment ne pas jouer cette main.

L’AK est la meilleure main à tirage. Elle peut battre toutes les mains, s’inclinant seulement devant l’AA ou la KK. Le reste des combinaisons sont soit tout aussi fortes, soit légèrement plus fortes que l’AK, soit enfin, bien pires que celle-ci. Par conséquent, mathématiquement on parle de l’une des meilleures mains.

Mais c’est en même temps l’une des plus compliquées mains et ça devient délicat. Un petit exemple: AK n’est pas favorite contre la 2-2, tandis que la 3-3 l’est. L’AK est aussi impuissante devant la QQ, l’une des plus fortes mains au no-limit hold’em.

Alors, comment doit-on jouer cette main surnoise?

L’AK devrait être jouée avec prudence, mais aussi avec agressivité. Etre agressif au poker est, de toute façon, une stratégie généralement fructueuse et d’autant plus quand on a une AK. Dans les tournois, vous pouvez être très agressif avec l’AK, mais il n’est pas du tout indiqué de faire tapis parce que vous ne serez pas le favori parmi toutes les paires existantes. Vous serez favori contre des mains comme QJ ou 10-J. Mais si vous êtes celui qui relance ou re-relance avec une AK, vous pourrez abattre une 9-9, 10-10 ou même une paire de Valets. Tel est le pouvoir de l’AK: représenter une KK ou une AA.

Aux jeux cash, vous devriez également être prudent. Ne misez trop sur AK, car le plus souvent, vous tirerez à pile ou face, et vous ne jouez pas à une machine à sous, mais au poker. La plupart des joueurs surestiment la main et lorsque le flop n’est pas favorable, ils  placent une mise de continuation et parient aussi lors du tournant, confiants en leur potentiel de victoire. Ne faites pas cela! Relancer au préflop, c’est passable, mais ne bluffez pas tout avec l’AK. C’est la plus grosse erreur. L’AK n’a rien de mieux qu’une 2-3 si les cartes sur la table ne vous aident pas!

06
avr

Les tournois de poker HORSE

Author : corinne

Pour beaucoup d’entre nous, le poker de jadis invoque l’image des cow-boys et des bistrots… Il n’est pas donc étonnant d’apprendre que l’un des derniers types de tournois de poker est nommé d’après le principal « objet » de leur activité: HORSE. La popularité des tournois HORSE est en hausse. Le processus a débuté en 2006, quand un tel événement a été ajouté dans le programme de WSOP. En fait, le terme HORSE est un acronyme qui désigne un tournoi mixte. Les lettres qui composent cet acronyme signifient: H = hold’em, O = Omaha, R = Razz, S = Seven Card Stud, E = Seven Card Stud, eight or better. Les joueurs peuvent s’inscrire dans ces tournois de la manière habituelle et le signal de départ est donné par l’événement de Hold’em. À des intervalles réguliers, le jeu passe à la prochaine variation de poker. L’intervalle peut être établi, par exemple, à chaque fois que les blinds augmentent. Le moment est différent pour chaque tournoi, étant choisi par la direction, qui établit les règles. Les changements continuent au fur et à mesure que le tournoi avance, jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un seul joueur.

Les plus importantes choses qu’on doit garder à l’esprit quand on joue dans un tournoi de type HORSE sont: «  »quelles sont mes faiblesses? et « quels sont mes points forts? » – ne changez pas l’ordre de ces questions! Peu importe que vous êtes un grand joueur de texas hold’em, si vous laissez filer vos jetons au razz, vous n’allez pas gagner beaucoup de tournois HORSE. Avant de vous asseoir à une table d’un tournoi HORSE, exercez beaucoup et notamment aux variations de poker où vous n’êtes pas forts! Si vous vous sentez faibles à un jeu particulier, ne vous lancez dans des attaques contre les autres que lorsque vous avez une main très forte. Economisez vos jetons pour les jeux où vous sentez que vous avez un avantage de compétence et alors, donnez pleins gaz.

Vous devriez faire de votre mieux pour avoir aussi une idée sur les points forts et faibles de vos adversaires. Beaucoup de joueurs donnent des signes évidents quand le jeu change. Quand le jeu passe à Seven Cards Stud eight or better et B.B. dit: « réveillez-moi quand le hold’em commence de nouveau », on peut comprendre que ce n’est probablement pas  son point fort.

En fin de compte, le meilleur conseil à suivre est de perfectionner ses compétences à toutes les versions de poker. Celui qui aura le plus d’argent à long terme, est celui qui se débrouille bien à chaque variation de poker joué dans un tournoi HORSE!

20
mar

Chaque joueur de poker aime bluffer. Il n’y a vraiment rien de plus excitant que de faire renoncer votre adversaire à une main qu’ils auraient gagnée si ce n’était votre bluff parfait. Malheureusement, le bluff est une stratégie utilisée souvent en excès et dont les débutants font abus. Cela coûte assez d’argent. Pour que votre bluff ne se transforme pas dans un désastre, vous devriez tendre l’oreille à quelques trucs.

Le bluff vous permet de décrocher quelques pots que vous n’auriez pas normalement décrochés, tout en ajoutant un facteur « d’imprévisibilité » à votre jeu. Par conséquent, quand vos adversaires ne sauraient pas dire si vous avez une main forte ou faible, cela ne pourra être que dans votre faveur. Moins vos adversaires vous connaissent, mieux est pour vous.

Avoir la capacité de trouver la meilleure occasion de bluffer vient de l’expérience à la table et non pas d’un décalogue qu’on doit lire et apprendre par coeur. Toutefois, cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas suivre quelques règles minimales. Pour réussir un bluff, votre jeu doit respecter deux critères:

Le premier: votre dernier mouvement dans la main en cause doit avoir été très fort. Par contre, la dernière action de votre adversaire doit avoir été faible. Si ces deux conditions ne sont pas remplies, votre bluff échouera. Si, à la différence de votre jeu, votre adversaire a eu un jeu faible, il est tout à fait sensé de penser que votre main est susceptible de gagner le pot.

En revanche, il est presque suicidaire d’essayer de bluffer quand c’est votre adversaire qui a joué fort, et pas vous. Tout simplement, ce sera contraire à la marche du jeu. Plus votre bluff est vraisemblable, plus vous avez des chances de succès. En plus de cela, agir après votre adversaire augmente la chance de succès de votre bluff, puisque vous aurez la possibilité de « calculer » si votre bluff vient au moment opportun.

Combien de fois faut-il bluffer?

En tout cas, pas aussi souvent que vous pourriez penser. Le bluff est une magnifique arme, mais seulement quand il est utilisé au moment opportun et dans la situation convenante. Si vous l’utilisez trop souvent, vos bluffs vont perdre la crédibilité et vous finirez par être prise au piège et perdre des jetons.

Alors, quand faut-il bluffer?

Vous devriez bluffer quand vous êtes certain que votre adversaire va abandonner. C’est une réponse un peu vague, en effet, mais il est vraiment la plus simple et la plus efficace. Mais il y a encore quelques autres trucs pour faire un bon bluff:

Il est préférable de bluffer aux petits pots que l’on est aux pots plus grands.

 Bluffer aux petits pots est beaucoup moins risqué, et, par conséquent, les résultats ne sont pas très néfastes quand les choses ne marchent pas. Si vous êtes débutant, ce conseil vous aidera beaucoup, car il vous permet de vous familiariser avec le bluff, sans trop risquer votre argent.

Bluffer au flop peut être très efficace.

Dans deux cas de trois, votre adversaire va manquer le flop. En outre, même si le flop ne leur est pas défavorable, il y a des chances qu’ils quittent, s’ils rencontrent trop de résistance. Il est beaucoup plus facile de renoncer et économiser l’argent que de risquer avec une main médiocre. Donc, si avant le flop vous étiez celui qui relançait, un nouveau pari peut être très efficace.

Evitez de bluffer pendant la rivière.

Cela ne veut pas dire que le bluff sur la rivière est toujours mauvais, mais la plupart du temps un tel bluff est une manoeuvre mal exécutée. Les joueurs bluffent sur la rivière dans un dernier essai désespéré de gagner la main, quelle que soit la façon dont ils ont joué jusqu’alors. Cela rend  le bluff tout à fait hors de propos et il est très facile à deviner si vous êtes un joueur sans expérience. Donc, comme règle générale, évitez le bluff sur la rivière, sauf si vous êtes certain de ce que vous faites.

25
fév

Le poker à trois cartes

Author : corinne

Au poker à trois cartes, la bataille se donne entre le joueur et le croupier. Le but du joueur est que sa main de trois cartes soit meilleure que la main du croupier. Toutefois, si vous ne voulez pas jouer contre le dealer, vous devrez obtenir du moins une paire.

Le poker à trois cartes se joue à une table de blackjack, avec un seul paquet de cartes. Avant que les cartes soient distribuées par le croupier, on doit faire un pari sur l’ante. Si, par contre, on choisit de ne pas jouer contre le croupier, on devra parier sur « Pair Plus ». Les places destinées à ce type de paris sont situées directement devant chaque joueur.

Supposons que vous pariez à l’ante. Voici ce qui se passera ensuite: le croupier distribuera à chaque joueur et à lui-même trois cartes face cachée. Après avoir vu vos cartes, vous décidez si vous restez en jeu ou vous passez. Si vous voulez continuer, vous devrez placer une autre mise, de la même valeur que la précédente. Si, par contre, vous décidez de vous coucher, vous placerez vos cartes, face cachée, devant le croupier. Vous perdrez votre pari ante.

Après ce que chaque joueur a décidé de renoncer ou de continuer, le croupier le croupier vérifié si sa main contient du moins un Q ou plus. Si oui, on dit que sa main ‘se qualifie » et, ensuite, il la confronte avec chacune des mains restées en jeu. Si, alors, votre main a une valeur plus élevée que celle de la main du croupier, vous gagnez les deux paris (ante et play). Si la main du croupier est plus forte que la vôtre, les deux mises seront perdues.

Mais que se passe-t-il si la main du croupier ne se qualifie pas? Si cela arrive – dans le cas où le croupier n’a pas du moins un Q ou quelque chose de mieux, il devra payer chaque adversaire resté en jeu.

Les joueurs qui placent une mise Ante sont également éligibles pour un bonus qui sera versé indépendamment de ce qui se passe avec leurs mains.

À Caribbean Stud poker, si la main du croupier ne se qualifie pas, les joueurs ne reçoivent rien pur une main meilleure Ce n’est pas le cas du poker à trois cartes. Si vous avez une quinte, un brelan ou bien une quinte flush, vous gagnerez automatiquement un bonus.